07 64 07 21 72
impôt 2017

Dès le mois de janvier, 5 millions de français verront leur impôt sur le revenu diminuer de 20% en moyenne, soit un gain de 200 €.

Plusieurs mesures concernent spécialement les retraités : baisse de la CSG et crédit d’impôt sur les services à domicile.

Une baisse généralisée pour les revenus les plus modestes

Les célibataires dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 20.500 euros (1.700 € / mois), et les couples dont les revenus sont inférieurs à 41.000 euros (3.400 € / mois) bénéficieront d’une baisse de 200 € en moyenne.

Exemple : Pierre et Joëlle, 65 ans, perçoivent 3.400 euros de pensions nettes mensuelles. En 2016, leur impôt sur le revenu s’élevait à 2.324 euros. En 2017, il baisse à 1.859 euros.

 

Deux mesures spécifiques pour les retraités 

Premièrement, les seuils pour un taux nul ou réduit (3,8% au lieu de 6,6%) de la CSG sont augmentés respectivement à 1.018 euros et 1.331 euros mensuels. 550.000 retraités sont concernés par cette baisse.

Deuxièmement, le crédit d’impôt pour les prestations de services à domicile est généralisé et concernera désormais aussi les retraités qui étaient jusque-là exclus du dispositif. Concrètement, que vous soyez actif ou retraité, soumis à l’impôt ou exonéré, toutes les dépenses de services à domicile que vous déclarez bénéficient d’un co-financement de l’Etat à hauteur de 50%, qui sera soit directement déduit de vos impôts si vous en payez, soit reversé par l’administration fiscale. 3 exemples pour illustrer cet avantage qui concerne tous les Français.

1 – Pierre et Joëlle, en 2015, ont payé une femme de ménage, sans la déclarer, 2h par semaine à 11€ de l’heure. La dépense totale a été de 1000 € sur l’année. Par ailleurs, ils ont payé 2.300 € d’impôts, soit une dépense totale de 3.300 €.

En 2016, ils ont décidé de déclarer leur femme de ménage, pour le même volume d’heures et au même salaire net. Avec les charges sociales, la dépense totale est de 1800 €. Mais grâce à cette déclaration, leur impôt va être réduit de 900 € (50% de 1800 €). Au total, tout le monde est largement gagnant :

  • Pierre et Joëlle embauchent régulièrement et sans risque leur femme de ménage en faisant un gain financier de 100 € : 1800 + 2.300 – 900 = 3.200 € (au lieu de 3.300 € l’année précédente)
  • Leur femme de ménage, en étant déclarée, bénéficie d’une couverture maladie, chômage et retraite

2 – Juliette, retraitée de 78 ans, perçoit une modeste pension de 800 € par mois et n’est pas soumise à l’impôt. Chaque mois, elle doit pourtant faire appel à une aide pour les tâches ménagères difficiles. Compte tenu de ses revenus, Juliette préférait ne pas déclarer ce travail, qui lui coûte 480 € par an (au lieu de 860 € si elle devait le déclarer). En effet, cette dépense ne bénéficiait d’aucun avantage fiscal, car les retraités non soumis à l’impôt étaient exclus du dispositif de crédit d’impôt. Désormais, grâce à sa généralisation à partir du 1er janvier 2017, Juliette aura intérêt à déclarer son aide ménagère. Concrètement, elle dépensera 860 €, mais l’administration fiscale lui en remboursera la moitié. Ainsi, Juliette dépensera 430 € au lieu de 480 €.

3 – Jacques, retraité de 82 ans fait appel à un assistant administratif à domicile 3h par mois pour l’aider à tenir ses comptes et régler ses factures. Cette prestation, effectuée par un prestataire déclaré, lui coûte 1.400 € par an. Grâce à cette dépense, Jacques ne paie pas d’impôt. En effet, ses revenus devraient lui générer un impôt de 400 € par an. Mais, comme il a droit à une réduction de 700 €, son impôt est totalement effacé. Le changement pour Jacques est que, désormais, il recevra en plus un remboursement de 300 €, qui correspond au crédit d’impôt qu’il pourra percevoir en plus de sa réduction d’impôt (700 € – 400 €).